Fantasme épisode 2 - Bukkake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fantasme épisode 2 - Bukkake

Message par ptitzizi le Ven 17 Juin - 8:20

J’ai souvent regardé des vidéos de bukkake et chaque fois je me disais qu’un jour il faudrait que j’y participe. Seulement, ce n’est pas en tant que participant la queue à la main que cela m’intéresse, mais en tant que vide couilles bouche ouverte.

Je suis allé sur mon site de petites annonces favori, et je me suis proposé comme bouche à bites.
Quelques jours plus tard et plusieurs mails chauds après, je marche à grand pas dans les rues de Paris en direction de mon rendez-vous.
En bas de l’immeuble, je sonne à l’interphone et une voix de femme me répond.
- Oui ? Qui est là ?
- Je viens pour l’annonce. On avait rendez-vous pour midi.
- Ok j’ouvre. C’est au 2ème, la porte est ouverte. Tu entres et tu fais comme chez toi.
Le biiip de la gâche de la porte d’entrée retenti, et la porte s’entrouvre. Je la pousse et me dirige vers l’escalier.
Arrivé au second, il y a 4 portes dont une légèrement entrebâillée. Je me dirige donc sur la droite, pousse la porte, entre et la referme derrière moi.

Une jeune femme viens à ma rencontre et me dis d’avancer.
J’avance et arrive vers la salle à manger où plusieurs gars étaient occupés à pousser les meubles le long des murs.
Au centre, 2 autres commençaient à étaler une bâche. Je suppose que c’est ici que je vais devoir me placer.
Je regarde la jeune femme et l’interroge des yeux. Je ne sais pas trop quoi faire. Elle me sourit et me dit :
- Viens par ici, tu peux poser tes vêtements là ils seront à l’abri.
Je m’exécute et commence à me déshabiller. Je me retrouve en peu de temps aussi nu qu’un vers. Je suis le seul dans cette tenue et malgré que j’ai un petit sexe, je me sens à l’aise. C’est mon côté exhibitionniste qui l’emporte. Je les ai mis au courant de mon léger handicap qui en générale complexe ceux qui ont un sexe d’enfant sur un corps d’adulte. Moi, j’assume et je fais voir mon petit truc à tous ceux qui le veulent.

Je m’installe au centre de la pièce et regarde les mecs qui commencent à se déshabiller. J'essaie de les compter mais ils sont trop nombreux. Une quinzaine à vue d’œil.
Il y a un grand black qui s’avance vers moi. Je le vois arriver mais surtout, c’est ce sexe impressionnant que je vois arriver. Une queue 10 fois plus grosse et grande que la mienne. Un morceau de viande énorme.

De suite, il me prend la tête et me met son engin devant la bouche. Je l’ouvre et le gobe ou tout du moins, je gobe le maximum de bite que je peu. Il en reste un morceau à l’extérieur mais ce qui est entré prend toute la place.
Je sens ce membre commencer à gonfler. Je vais étouffer. Il faut que j’en laisse sortir encore un morceau sinon je vais suffoquer.
Je m’applique à lui lécher le gland avec la langue à l’intérieur de ma bouche. Il apprécie et commence à me donner des coups de queue pour se branler. Entre temps, les autres mecs se sont mis à poil et arrivent sur moi le sexe à la main. Ils sont vraiment nombreux, je vais en avoir plein partout. Le plus proche me demande de le branler et je commence à activer ma main droite tandis qu’un second tout proche me tend sa bite pour que j’en fasse autant de la gauche.

Ça devient dur de synchroniser mes 2 mains et ma bouche. Mais c’est plutôt excitant d’avoir 3 sexes pour moi tout seul. Les autres types sont autour de nous et se branlent en attendant leur tour. Ils ont envie de se faire sucer. Je lâche le noir et fait signe à un gars de s’approcher. Il m’enfourne illico sa bite et me file des coups avec tout au fond de la gorge. Il est pressé de m’envoyer son foutre celui la. Il a surement envie de retrouver maman et lui faire sa fête. Je lui serre bien fort sa bite entre mes lèvres, et après quelques vas et viens, je sens cette première giclée de sperme qui annonce le débute de la fête.

La sonnette de l’interphone retentis et j’entends une voix de femme qui se présente. Elle aussi doit monter et trouver la porte d’entrée ouverte.
Quelques instants après, ce sont 2 couples qui entrent dans la salle à manger et qui me regardent tout émoustillés en train de sucer et branler les mecs déjà présents.
Le femme qui m’a reçu à l’entrée se fraie un chemin entre les types nus et excités. Elle n'a pas peur. se rapproche de moi et me demande :
- T’as envie d’en bouffer de la bite ? Hein ?
Je fais oui de la tête parce qu’il m’est totalement impossible d’articuler le moindre mot la bouche pleine.
- Et de la moule fraiche, tu en veux aussi ?
Mes yeux s’écarquillent, que veut-elle dire... ?

Elle s’approche un peu plus de moi et repousse le mec que je suis en train de sucer. En fait, elle lui chope la bite et la retire de ma bouche pour l'écarter de moi. Elle soulève sa longue robe fine pour me la passer sur la tête. Me voilà sous sa jupe. Je ne bouge pas, j’attends.  Je sens ses mains qui se posent de chaque côté de moi sur chacune de mes oreilles. Elle fait légèrement pivoter ma tête vers le haut eu avance encore un peu de façon à ce que ma tête se trouve coincée entre ses jambes, mon nez au niveau de sa chatte.
Il n’y a entre mon nez et sa chaire qu’une fine couche de coton. Malgré ça, je peux sentir l’odeur de cette femme.

D’un seul coup ma bite devient dure. Très dure. J’ai envie d’elle. Mais je ne suis pas là pour ça.
Ce n’est pas le contrat que j’avais passé par mail. Je dois soulager les mecs, tous les mecs.

Elle se frotte sur mon nez et ma bouche tout en maintenant ma tête. J’essaie de tirer la langue pour lui lécher la culotte, mais elle se recule et je me retrouve comme un imbécile la tête levée et la langue tendu. Un mec à qui je n’avais encore rien fait en profite pour m’y introduire son gland.

Je continue ma séance de fellation et j’observe un des couples qui commence à bouger. La femme, assez jeune est vêtue d'un petit chemisier et d'une mini jupe qui laisse penser qu'elle doit aimer se retrouver aux heures d'affluence dans les transports en commun.
Le mec passe son bras par derrière et glisse sa main sous sa jupe. Il commence à farfouiller dans les dessous de sa compagne et elle, se met dans une position jambes écartée, cambrée et tête en arrière. Je la vois qui apprécie la caresse de son compagnon.

L'autre couple ne fait rien. Ils me regardent et discutent à voix basse.

Tout en regardant autour de moi, je continue ma besogne et ne fais pas attention à un grand type qui s’approche. Il se branle de plus en plus vite et arrive droit sur moi au moment où un jet de foutre interminable se répand sur ma face. J’expulse le sexe qui se trouve dans ma bouche et me tourne vers lui en ouvrant grand le bec de façon à recueillir un maximum de liquide. Une deuxième giclée vient se répandre sur moi et m’arrive au niveau d'un œil. Je suis obligé de m’essuyer  pour continuer d'y voir.
J’attrape le gros manche et le porte à ma bouche. J’espère qu’il a encore du jus et je le pompe pour récupérer les dernières gouttes.

Pendant ce temps, j'entre aperçois à travers la marée humaine qui se presse prêt de moi le couple qui avait entamé les hostilités. Le gars vient de se mettre à genoux et baisse la culotte de sa femme. Une petite culotte rouge en dentelle qu'il porte directement à son nez. Je le vois prendre plaisir à renifler les odeurs de femme. Elle, se baisse également et s'approche de lui bouche entrouverte. Elle attrape la culotte de ses lèvres et la recrache par terre. Relève la tête et dirige sa langue dans la bouche de monsieur qui la lui avale goulument.

Un type me cache la suite de ce qui se passe. Je regarde autour de moi et change de partenaire. J'en prends un dont le membre est plus petit que les autres. Il n'y a pas de raison de le laisser seul. Il m'introduit la bouche et regarde en l'air. De suite je récupère sa semence. Beaucoup de jus. Ça déborde de ma bouche. Pourtant, la bite que je détiens n'est pas si grosse que ça. Il a du me remplir de son foutre.
Je le regarde et lui rend son membre. Je tire la langue de façon à lui faire voir ce qu'il m'a mis et avale tout en le fixant dans les yeux. Il semble heureux de ce que je lui ai fait.

Les autres se bousculent pour m'approcher. Je commence à recevoir du sperme de partout. J'en ai plein les cheveux et la figure. Je sens dégouliner ce liquide le long de mes joues, sous mon menton, dans le dos et la poitrine. Certains commencent à se rhabiller.

Maintenant, le couple est entièrement nu. Elle à genoux en train de m’imiter mais je vois bien qu’elle fait ça de façon plus langoureuse. Elle connaît bien son homme. Il se dégage lentement de sa bouche et la prend sous les bras pour qu’elle se redresse.
Elle se laisse faire et se redresse lentement. Il lui demande quelque chose à l’oreille et je la vois se pencher en avant. Ses 2 mains posées sur le dossier du divan.
Il va la prendre en levrette.
Le membre haut et fier, il s’approche du cul de la femme et tout en guidant son sexe vers son bas ventre, de son autre main il lui attrape les cheveux.
Il tire et en même temps s’enfonce dans ce vagin que je pense humide.
Elle ne peut arriver à retenir un cri qui sort tout droit du plus profond de sa gorge.
Il la pistonne, je le vois maintenant que les mecs se sont éloignés. Je le vois en train de la fourrer et de lui tirer la tête en arrière. Il entre et sort sans arrêt. Puis, là il sort et se redirige mais un peu plus haut. Il y va doucement. Il l’encule avec délicatesse.
Elle a la tête en haut et n’arrête pas de gémir.
Soudain, il se dégage et lui ramène la tête en bas. Il lui enfonce son sexe dans la bouche et grogne de satisfaction. Il vient de se soulager dans sa bouche.

Prêt de moi, il reste encore le grand black de tout à l'heure. Je le regarde et lui fait signe de s'approcher. Il revient me voir et je constate qu'il a une érection d'enfer. J'ai envie de le manger. Je me tourne vers lui et ouvre la bouche. Il s'approche et m’enfonce sa queue délicatement. Elle fait plus de 20 centimètres de long et elle est presque trop grosse pour ma bouche. Je dois faire attention à ne pas lui toucher le gland avec les dents. Il est terriblement gonflé.
Je m'applique à le branler et lui lécher gland, verge et couilles de façon à l'exciter. Et ça marche. Il me chope la tête et cette fois, ne m'épargne pas. Je sens sa bite au fond de ma gorge. J'ai un hoquet lorsqu'il touche le fond. Mais je résiste, je garde tout dans la bouche bien profond. J'ai envie de recevoir sa jouissance.
Encore un effort et il va partir. Je suce et suce encore jusqu'à l'explosion ultime. Me voila maintenant bien embêté avec ce liquide qui cherche à trouver une place dans ma bouche. Ça déborde par les coins de mes lèvres et j'en sens également un peu couler dans la trachée. Je laisse un peu sortir sa bite juste à temps pour récupérer une seconde giclée. Mais où va-t-il chercher tout ça ? Il doit avoir une réserve perso tellement il m'en donne. Quel nectar. Et comme d'habitude, je le regarde dans les yeux au moment d'avaler.

Maintenant, il ne reste plus que 2 types et le couple qui regarde toujours habillé. Je les vois s'approcher tous les 4 et bien évidemment, les 2 types attendent que je les soulage. J'en prends un qui me parait au bord de la jouissance et m'acharne sur sa pine pour le boire tout entier. Il ne lui faut que quelques instants pour qu'il me jouisse dedans.
J'en ai plein la bouche et j'aime ça. Dire qu'il y a un mois, je n'avais jamais mis une bite dans ma bouche.

Le second profite que je ne le regarde pas pour me décharger sa sauce en pleine figure. Je suis obligé de tourner la langue dans tous les sens pour essayer d'en récupérer un max.
Je suis trop fatigué de la bouche pour continuer l'exercice. Je laisse donc couler le jus le long de mes joues et de mon menton. Quel dommage tout ce foutre perdu.

Maintenant, je suis seul et je pense que c’est fini. Je vais devoir aller me doucher car je ne peux pas rentrer avec les cheveux collants et du sperme plein le visage.
Je commence à me redresser lorsque le couple qui jusque là n’a rien fait d’autre que de regarder se dirige vers moi.
Le gars se rapproche tout prêt et me susurre à l’oreille :
- Alors petite salope, il paraît que tu as envie de te faire enculer ? Hé bien tu vas être servi.
- Relève ton petit cul et prépare-toi à te faire emmancher.
Je le regarde interloqué et ne sais pas quoi répondre.
- Oui, j’ai envie, prend moi si tu veux et défonce moi.
Je me mets sur les avants bras et relève mon cul de façon à lui faire voir que je susi prêt pour son offrande.
Je le vois qui se déshabille et de son slip sort un sexe long et très fin.  Je n’ai jamais vue de sexe aussi fin. C’est génial car dans l’annonce, j’avais bien indiqué que je voulais me faire sodomiser mais qu’étant une première pour moi, il me fallait un sexe très fin. Voir un sexe d’enfant.
Me voilà servi.

Mme, elle s’est approchée de moi et commence à retirer son chemisier. Elle m'offre sa poitrine en cadeau. Ses deux seins son magnifiques, ils sont gros fermes, bien rebondis. J’ai envie de les lui lécher mais je suis trop loin.
Je la regarde et la supplie avec les yeux de s’avancer. Elle a compris et approche un de ses seins devant ma bouche.
Je lui mordille le téton, lui lèche l’aréole. J’adore ça. C’est bandant. Elle est magnifique avec sa bouche pulpeuse et ses traits fins.
Je la lèche sur toute la poitrine. J’ai envie de cette femme.

J’entreprends une remontée vers le menton lorsque je ressens quelque chose de froid dans le bas du dos. Depuis plus d’une heure, c’était plutôt des giclées chaudes qui m’arrivaient dessus, mais là, ça ressemble plus à du gel qu’à du foutre.
Il pose un doigt sur mon dos et s’applique à me peinturlurer la raie des fesses avec le gel. Je sens son doigt s’immiscer dans mon trou et il me vient à l’esprit une question étrange. Mais pourquoi avoir peur d’aller chez le proctologue ? Son doigt rentre et sort de mon cul et j’aime ça. Je savais qu’une sodomie avec quelque chose de fin me plairait. Je savais que j’allais aimer.
Il ralentit le mouvement et essaie d’introduire un deuxième doigt. Il rentre sans difficulté. Il me la bien lubrifié mon cul.
Le troisième suit et je me sens bien.

Tout en me faisant enculer par les doigts de monsieur, ma langue entreprend le menton de madame. Va-t-elle me laisser sa bouche. Je ne sais pas mais m’aventure encore plus haut.
J’arrive à hauteur de ses lèvres et essaie de mettre ma langue dans sa bouche. Elle happe ma langue et la bagarre buccale commence. Nos langues s’entremêlent et c’est bandant. Elle est tellement belle cette femme, tellement désirable. J’en ai plein la bouche et je lève les yeux juste au moment où je la vois regarder en direction de son mari et lui faire un signe de connivence.
Que veulent-ils faire ? Je ne sais pas, mais elle retire ma langue de sa bouche et me dit :
- Ferme les yeux maintenant. On va s’occuper de toi.
Je m’exécute. Les yeux fermés, je sens qu’elle me prend la tête et la dirige vers le bas. Je ressens le tissus de sa jupe sur mon crane. Elle fait comme la jeune femme tout à l’heure. Elle me met en relation avec son sexe.
Je suis très excité. J’ai la bite dure, très dure et je ne peux pas libérer une main pour me branler.
Par contre, il me tarde de mettre ma langue dans le vagin de cette femme. Il me tarde de la lécher, de lui titiller le clito avec ferveur. Ma température monte, je n’y tiens plus.
Dans mon dos, je ressens de nouveau une giclée de gel. Et de nouveau les doigts qui l’étalent au niveau de mon trou.
Je suis bien lubrifié et maintenant il pose son gland à l’entrée de mon cul. Je le sens, plus imposant que ces doigts, mais pas trop gros. J’ai hâte qu’il s’introduise.

Elle me tient toujours la tête et je suis frustré. Que veut-elle ? J’attends.
Ça y est, elle bouge. Elle avance légèrement vers moi. Je n’y vois rien mais je suppose qu’elle se cambre.
Je vais enfin avoir accès à sa chatte. Je vais la lui bouffer, lui titiller le bouton, lui …   Merde, ce n’est pas une chatte ce que je touche avec la langue, mais un sexe d’homme. Un sexe en tout point identique avec son mari. Long, très long et très fin.

Je le mets illico dans la bouche. Et au même moment, je sens dans le bas de mon dos un truc qui me paraît énorme et qui me pénétrer. Ça y est, je me fais enculer. Je ne dirais pas que la première fois ça fait du bien, mais j’aime ça.
Il me la rentre par petits coups légers, histoire de ne pas me déchirer. Il me sodomise avec douceur. Je me mets en phase avec lui et remue de façon à optimiser ses allés venus. Je n’en peu plus, il faut que je jouisse.
Je remue les fesses de plus en plus vite, je suce sa femme en synchronisation avec lui. Lorsque sa queue entre dans mon cul, la queue de sa femme sort de ma bouche et ensuite c’est le contraire.
Ce petit jeu dure depuis cinq minutes lorsqu’elle explose dans ma bouche dans un grand cri. J’ai la bouche pleine de liquide. Je veux le garder tout ce foutre, je veux l’avaler. En même temps, j’entends son mec derrière moi qui se soulage dans un cri rauque. Il viens de me mettre son jus dans les fesses.

Je crois que c’est fini, mais elle me tient toujours la tête.
Il y a quelqu’un qui m’enjambe. Et qui de ses mains m’écarte les fesses. J’ai le cul en l’air et le trou offert à qui veut.
Je suce et suce encore cette fausse femme qui m’a inondé la bouche. Elle en veut et me martèle maintenant la bouche. Elle me donne des coups de queue et je la laisse faire.
De nouveau je ressens un gland au niveau de mon cul. Et d’un coup d’un seul, violemment, il s’enfonce en moi. Ce n’est pas la même bite que le mari de mon travelo, celle qui vient de me transpercer est beaucoup plus grosse.
Il me défonce littéralement le cul. Je ne vais plus pouvoir m’assoir. Je ne sais même pas si je vais pouvoir marcher après ça.
Il me prend par les hanches et me burine le cul, il me défonce. J’en prends plein le trou. Putain, ça fait mal.
Il remet un peu de gel de façon à ce que ça glisse mieux. Super, me voilà lubrifié comme il faut. Sa grosse queue entre et sort violemment mais je n’ai plus mal. Je sens à chaque coup ses cuisses qui percutent mes fesses. Il cri, il va jouir.
Il cri. Il jouit. Cette fois, je sens bien le liquide me pénétrer. Je sens également qu’il m’en a mis tellement qu’une partie glisse le long de mes cuisses.

Il s’est enfin retiré de mon cul. Je sens que je suis complètement dilaté et que le sexe fin qu’y a inauguré mes intestins pourrait y entrer sans lubrifiant.
Elle, dans ma bouche me donne des coups de bite. Elle me touche le fond de la gorge encore et encore. Je serre les lèvres pour lui faire du bien. Je sens qu’elle va venir. Je commence à avoir l’habitude.
Pour la seconde fois elle se libère dans ma bouche. Mais je ne laisse rien sortir. J’avale tout et lui reprend la bite pour en extraire les dernières goutes. Elle a bon gout.
dldl
Ça y est cette fois, je vais pouvoir me laver en rentrer.
Je retire ma tête de sous la jupe de ma dernière copine et m’aperçois que c'était la jeune femme qui m'a ouvert la porte qui me chevauchait et m'écartait les fesses.
Elle descend de son perchoir et se retourne vers moi.
- Alors, ils t'ont plus les deux frangins ?
Je la regarde l'air hébété.
- Ce sont deux frères?
- Oui, deux vrais jumeaux. Mais y'en a un des deux qui s'est fait opérer.
Maintenant, je comprend pourquoi leurs sexes étaient identiques.
- Moi c'est Béatrice, mais tout le monde m'appel Béa.

Un peu fatigué, je me redresse, mais je suis gêné par mon sexe qui est tout gonflé et qui me fait mal.
Béa se rapproche de moi et m'attrape par la queue. Elle me tire en direction du divan.
Elle me regarde dans les yeux et me souris.
- Maintenant, ça va être ton tour. Prends moi comme une chienne et vide toi les couilles dans mon ventre, tu l'as bien mérité.

Elle pose ses mains sur le dossier du divans et jambe écartées, elle relève sa croupe en dandinant ses fesses.
Je la trousse d'une seule main et de l'autre lui attrape la culotte. J'ai trop envie de baiser et pas envie de faire de manières.
Je lui arrache presque ce petit bout de tissus et fais apparaitre un superbe cul qui n'attend que ma bite.
Avec ma main je recherche son trou pour y diriger ma bite. Elle est toute mouillée. Elle a due être excitée comme moi depuis prêt de deux heures.
Je me cambre et l'enfourche violemment.
Elle émet un petit cri et je la pistonne avec vigueur.
Son cul bouge en rythme avec moi et je sens la purée qui monte.
Je me lâche d'un coup. Pas envie d'attendre. Une énorme giclée lui remplie la chatte. Ça déborde tellement je lui en met et c'est pas fini, une seconde giclée suivi d'une troisième.
Je continue de la matraquer avec de grands coups dans le ventre. Une nouvelle montée de foutre encore abondante et encore une.
Cinq au total. Ça lui coule le long des jambes. Je n'en ai jamais envoyé autant.

Je me retire enfin en sueur. Je me sens très sale et je regarde Béa qui me souris.
- Quel pied, j'ai jamais vu autant de foutre durant une séance. Et quel suceur tu fais.
Je suis flatté. mais maintenant je dois partir.
- Tu peux m'indiquer la salle d'eau, il faut absolument que je me nettoie.
- Viens, on va aller se doucher.

On se dirige vers la salle de bain. Béa se déshabille entièrement. Elle est magnifique. Un superbe corps.
La douche n'est pas très grande mais on y tient à deux.
L'eau qui me coule sur la tête me fais du biens. Je me délasse.
Béa commence à me frotter le corps avec un gant. J'ai le buste et la tête couverts de sperme.
Elle me lave délicatement et attaque mon sexe.
A son contact, j'ai une réaction. Il se redresse un peu.
Elle l'a vue également et s'attarde un peu trop dessus.
Je recommence à bander.

J'ai encore mon imagination qui se met en route, mais non, ce n'est pas mon imagination.
Béa viens de descendre sur les genoux et attrape ma queue avec sa bouche.
Elle me suce délicatement et regardant en l'air.
On est les yeux dans les yeux et je sens bien qu'elle aime avoir un sexe dans la bouche.
Il ne me faut pas longtemps pour lui envoyer une nouvelle dose de foutre.
Elle souris et continue sa fellation. Elle me nettoie et chope les dernières goutes sans en laisser échapper.
Enfin elle me libère et avec un sourire avale ma substance.

Maintenant je suis prêt à partir.
Béa me reconduit à la porte d’entrée et me remercie d'un baiser plus que chaleureux.
- Reviens quand tu veux, je te préparerai une surprise.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je précis que hormis moi qui écrit ce texte, tous les autres personnages sont fictifs. Cette histoire ne m'est pas arrivé, ce n'est que l'un de mes fantasmes.
Alors si comme Béa vous voulez me faire participer un bukkake, je suis disponible entre midi et 14 heures en semaine et uniquement sur Paris.
Je me déplace et me ferai un plaisir de vous sucer vous et tous vos amis.
Je n'ai jamais avalé mais ce peut être une occasion de le faire.
Je ne me suis jamais fait sodomiser non plus, mais je recherche bien un sexe très fin qui pourrait inaugurer mon petit trou.
Que vous soyez à 1 ou à 20, je vous soulagerez tous.

ptitzizi
Admin

Messages : 13
Date d'inscription : 14/06/2016
Age : 58
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://lesfantasmesdeptitzi.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum